Hip Hop Pour Tous (1).JPG

Action culturelle 

Les premières actions de Da Storm ont été d‘organiser des ateliers d‘initiation rap. Dès lors, mettre en place des actions culturelles au sein de différents établissements et auprès de publics variés est devenu l’un des axes principaux de l’association.


Cela se traduit par la mise en place de projets, d’événements et d’ateliers à l‘attention de divers publics : au sein de centres éducatifs spécialisés tels que des ITEP, MECS, foyers, centres sociaux, IME, Centre Educatif Fermé, Maison d’Arrêt, écoles primaires, collèges, lycées, centres de loisirs et bien d‘autres.

Susciter des envies, des passions, découvrir, valoriser un individu à travers une pratique artistique, sont autant d‘arguments qui nous poussent de plus en plus vers ce type d‘action !

 
TSHH - Part'age (1).JPG

Après une première édition très prometteuse en 2019 avec le CCAS de Nîmes et le conseil municipal des jeunes de la ville de Nîmes, Da Storm souhaite développer le projet intergénérationnel Part’Âge, autour de la danse, du graffiti et du rap. L’objectif est d’amener des jeunes de collèges, d’associations communales ou d’I.T.E.P.  à entrer en contact avec des résidents d’EHPAD, de maisons de retraites, d’usagers de CCAS afin de les voir créer ensemble de véritables œuvres artistiques.

Afin que les publics s’approprient le projet, un temps de présentation et de sensibilisation à la culture hip hop sera mis en place. S’en suivront dix ateliers de deux heures dirigés par des intervenants spécialisés dans chacune des disciplines. L’objectif final sera de créer des œuvres collaboratives prenant en prenant en compte les idées et thématiques choisies avec les intervenants. Les restitutions de ces créations pourront être présentées en public, et un documentaire qui retracera l’ensemble du projet sera diffusé au mois d’octobre 2022 dans le cadre du Festival Tout Simplement Hip Hop, ainsi que dans les communes participantes.

PHOTO - Patricia Martinez aka Oz

Bandeau_logos_diffusion+GAL PETRv4.png
 

En partenariat avec le Comité de Sport Adapté du Gard, la DRAC Occitanie et l‘ARS


Hip Hop Pour Tous est un temps de rencontre et d‘échange autour du hip hop qui rassemble les jeunes des structures médico-sociales avec qui Da Storm et le Comité de Sport Adapté du Gard travaillent à l’année, et le grand public.

Deux journées d’échange sont organisées dans l’année, une pour les jeunes jusqu’à 17 ans, et une pour les adultes.

 

Ateliers graffiti, DJ et danse hip hop le matin, et spectacle hip hop adapté l‘après-midi, cet événement favorise la
mixité, en proposant aux jeunes des structures spécialisées et au grand public de se rencontrer lors de cette journée.

Pour plus d'informations, écrivez-nous à andreadastorm@gmail.com

 

Inscriptions pour les structures spécialisées : bastien.sportadaptegard@gmail.com

Hip Hop Pour Tous (3).JPG
 
IMG_0039.JPG

Plaquette de présentation 2022-2023

Soutenu par la DRAC Occitanie, la Région Occitanie, le département du Gard et l'ANCT

« Le rap, c’est pas pour les meufs ?! » est un projet à l’initiative de
l’association Da Storm, en partenariat avec la SMAC Paloma et en
collaboration avec l’association Les Culottées, Du Genre Humain et le musée de la Romanité.

Depuis quelques années, le rap connaît aujourd’hui un boom sans précédent. Il est le genre musical le plus écouté en France et touche toutes les tranches de la société, quels que soient leur origine sociale, leur genre, voire même leur âge.


Néanmoins, il n’a pas toujours bonne presse : misogynie, omniprésence
masculine, violence…sont autant de termes qui lui sont (trop) souvent associés. Plutôt que de dénigrer ce genre musical, il nous a semblé plus pertinent d’interroger son histoire, ses codes et son évolution afin de mieux le déconstruire.


A travers diverses interventions et ateliers, ce dispositif propose d’interroger les jeunes sur les questions d’égalité femme-homme dans notre société sous le spectre du rap. En outre, le projet souhaite offrir une autre vision du genre, une vision à la fois historique, sociale et musicale, et proposer des outils afin de permettre aux jeunes de découvrir de nouveaux artistes et devenir moins passifs dans leurs pratiques d’écoute.

PHOTO - Patricia Martinez aka Oz

  • Instagram

Suivez l'actualité du projet sur notre page Instagram

 

En partenariat avec la Région Occitanie, la DRAC Occitanie et le conseil départemental du Gard 


Hip Hop Challenge est un concours qui permet à des groupes de jeunes de 11 à 15 ans de travailler sur un projet artistique lié au hip hop. Pour la quatrième édition, trois disciplines phares de la culture hip hop seront à l’honneur : le rap, la danse hip hop et le graffiti. Le concours est à destination des collèges et des structures spécialisées de la région.

 

L‘objectif de ce projet est avant tout de favoriser le partage, l‘épanouissement des jeunes et la mixité des différents publics.


Pour l'édition 2023, les professeurs et éducateurs peuvent inscrire des groupes en graffiti, danse hip hop ou rap dès maintenant à hiphopchallenge30@gmail.com

 

En mai 2023, les productions seront présentées à un jury composé de professionnels qui désignera les vainqueurs à l’occasion d’un événement de fin de projet.

Pour plus d'informations, téléchargez la plaquette ICI

Ou écrivez-nous à hiphopchallenge30@gmail.com

PHOTO - Patricia Martinez aka Oz

Hip Hop Challenge 2022.jpg
 
CEF.JPG

CEF et EPEI de Nîmes

Soutenu par le Ministère de la Justice et la DRAC Occitanie (Culture – Justice), Justice PJJ, le CEF de Nîmes, l’EPEI de Nîmes et Paloma

Le hip hop est aujourd’hui une culture prédominante en France et tout particulièrement chez les jeunes. Beaucoup s’identifient aux artistes et à leurs propos qui décrivent bien souvent des réalités proches des leurs ; ils y portent donc une attention toute particulière. En ce sens, le rap comme le graffiti sont un moyen privilégié pour véhiculer des idées, des principes et des valeurs. Ils sont aussi pour beaucoup un premier accès à l’écriture, à l’expression et plus largement à la culture. Ces deux disciplines aident à l’expression et à la formalisation d’idées. Elles constituent des bons moyens de favoriser la liberté d’expression, la réflexion et l’entraide. Les interventions prennent la forme de modules sur plusieurs jours ou semaines avec pour objectif la réalisation d’une oeuvre commune ou individuelle.


Concernant le rap, l’objectif est pour chaque jeune de participer à la réalisation d’un morceau. Ce travail comprend écriture, mise en rythme et enregistrement. Chaque structure (CEF comme EPEI) bénéficie de 6 séances d’1h30. Une partie de ces ateliers prennent place à Paloma, ce qui permet d’installer les jeunes dans un cadre professionnel qu’ils connaissent rarement et de les familiariser avec des lieux de culture.


Concernant le graffiti, l’objectif est de travailler sur des oeuvres collectives ou individuelles en variant les formats ainsi que les outils, en commençant par l’apprentissage des bases à partir d’un travail sur papier. Ces ateliers s’inscrivent dans le cadre de semaines intensives sur les périodes de vacances scolaires. Chaque structure bénéficie alors de deux heures d’ateliers par jour pendant cinq jours.


Enfin, nous n’hésitons pas à explorer et investir de nouvelles esthétiques comme la bande dessinée. Cette dernière permet en effet de faire le pont entre le travail d’écriture du rap et la dimension visuelle du graffiti. Cette discipline permet de favoriser l’expression et d’encourager l’élaboration d’une structure narrative avec comme réel défi de passer de l’écrit à l’illustration. Durant 5 jours consécutifs, chaque structure bénéficiera d’1h30 d’atelier avec pour objectif pour chacun des participants la réalisation d’une planche. Des temps de valorisation sont imaginés sous différentes formes (exposition, événements) après chaque module.

PHOTO - Patricia Martinez aka Oz

 

Soutenu par l’ARS Occitanie et la DRAC Occitanie, en partenariat avec l’ITEP du Grézan

La collaboration entre Da Storm et l’ITEP du Grézan remonte quasiment à la création de l’association, en 2009. Les premières actions de Da Storm ont été d‘organiser des ateliers d‘initiation rap dans différentes structures, dont l’ITEP du Grézan fait partie. Le constat est le même : la culture hip hop, de par les valeurs qu’elle véhicule, a toujours eu un effet bénéfique auprès des jeunes, que ce soit au niveau de l’expression, du lâcher-prise, de l’entraide mais aussi du partage. Le partenariat s’est renforcé d’année en année : si au démarrage cela consistait simplement à dispenser des ateliers, l’envie commune de construire des projets d’ampleur et avec plus de profondeur a permis de maintenir la dynamique. Chaque année, il est évoqué ensemble ce dont les jeunes ont besoin et envie de faire, comment nous pouvons l’amener au mieux grâce à la culture hip hop, et comment atteindre des objectifs importants pour les jeunes placés en ITEP. D’une année sur l’autre, les projets sont co-construits et s’adaptent aux besoins des jeunes et de l’équipe éducative. 

 

En 2022, du breakdance, du rap et du graffiti prendront place à nouveau, cette fois autour du thème du harcèlement. Volonté commune aux équipes éducatives et aux jeunes, ce thème sera développé à travers les différentes disciplines. En breakdance sous forme de chorégraphie, en rap sous forme de texte, et en graffiti sous forme de dessin. Afin de faire participer les familles, l’événement de fin de projet sera de nouveau organisé.

 

Un vidéaste suivra la totalité du projet sur l’année, le but étant de produire une vidéo qui retrace tout le travail effectué en atelier, et mettre des images sur ces moments de partage et d’échange. Un atelier parents-enfants sera également organisé.

Grézan (4).jpg